+34 625 742 539 info@beclown.pro

J’ai découvert le “clown” par hasard …

J’avais besoin de m’entraîner pour une importante compétition belge d’improvisation théâtrale et le seul stage de scène que j’avais trouvé était un stage de clown…

Même si je n’avais pas eu une image positive du clown, le contact a été si intense que j’ai changé radicalement d’avis et me suis retrouvé soudainement passionné par cet art

La “magie de close-up” et l “improvisation théâtrale” avaient été mes grandes passions à ce jour, mais aucune d’elles ne m’avait apporté la magie que je pouvais ressentir grâce au clown. Celui-ci m’apportait un “quelque chose” qui me remplissait absolument et qui imprégnait de magie ce que j’avais fait jusqu’alors.

Depuis le début, j’ai compris que si je voulais réaliser un spectacle, cela me serait extrêmement difficile de me connecter avec mon clown dans chacune de mes représentations. Je ne m’en sentais simplement pas capable ou ne m’en sentais pas le talent.

Dès lors, j’ai compris que j’avais besoin de créer un spectacle avec une structure qui me fonctionnerait, peu importe que je sois dans un état de clown ou non, et c’était le but que je m’étais fixé.

Les années ont passées … une route longue et solitaire, pleine d’angoisses, de doutes et de déceptions. J’ai ressenti l’euphorie du succès dans certaines représentations et la dépression lors de cuisants échecs, ce qui m’a amené à me poser la question suivante:

Pourquoi ce spectacle a-t-il fonctionné dans certains cas et pas d’en d’autres?

L’image que j’avais du clown était si idéalisée que je n’osais même pas dire que mes tentatives étaient de jouer en tant que clown.

Grâce à mon inconsciente persévérance, j’ai réussi à obtenir une réaction du public stable et à gagner plus de confiance. Avec l’expérience, je commençais à comprendre la réalité de la profession, tout à fait différente de celle que j’imaginais lorsque j’assistais à des stages et cours de clown. Ce n’est pas que les cours n’étaient pas intéressants, au contraire, ce qui s’est passé, c’est qu’ils ne m’ont pas fourni d’informations essentielles sur la pratique réelle de cet art merveilleux …

Maintenant, je vis de mes propres spectacles et je suis en tournée en Europe de festival en festival … Et tu sais quoi? Ce sont les spectateurs qui disent que je suis un clown. Ce n’est pas moi qui dois le dire, ce sont les gens eux-mêmes qui m’ont donné ce label … et je dois dire qu’ils le font avec beaucoup de tendresse.

L’art que j’ai développé est la magie de la simplicité, la tendresse du rire … Je ne parle pas, je ne fais pas de démonstrations techniques, peu de matériel, pas de vulgarité… et pourtant la réaction du public est généralement assez enthousiaste. Mon nom de scène est Gromic. Découvre ce que je fais ici

 

 

La route du clown est une route solitaire que personne ne fera pour toi. Mais si tu sais que d’autres l’ont déjà fait, et que tu apprends comment ils ont trouvé leurs solutions, cela peut t’aider à trouver les tiennes et à prendre des raccourcis.

Dans un monde où la technologie prend de plus en plus le dessus, nous avons besoin de nous reconnecter avec notre humanité … le clown est humanité…le monde a besoin de «bons clowns».

Malgré les grands dommages qui ont été causés à la profession. Il est temps de rendre dignité à notre art et de transformer ton rêve clown en réalité. Oseras-tu?

Avec le Clown Elastic

Avec le Clown Léandre

Avec Avner The Eccentric

Avec les frères Taloche

Avec le Clown Jango Edwards

Avec les Clowns Okidoki